Accueil > librairie culture > Cassandre 68 - Un espace de moins en moins public

Cassandre 68 - Un espace de moins en moins public

mardi 1er mai 2007

"On appellerait ça l’espace « public », et l’on en ferait différents usages, hors de toute propriété privée, en fonction des désirs et des nécessités. C’est ce qu’évoque Patrick Bouchain, grand inventeur d’espaces de travail et de vie. Lorsque le besoin est fort la chose se produit d’ailleurs spontanément (...) Encore faut-il laisser une place à ce qui n’est pas programmé. Un espace où il serait possible d’exister dans la beauté du geste, en dehors du rapport marchand. Oui, cela ressemble à une utopie, c’est le cas de le dire. Le théâtre de rue essaya, il y a une vingtaine d’années, tels jadis à leur façon les saltimbanques, de rendre une certaine liberté, une certaine poésie, une certaine gratuité, aux rues de nos villes modernes. Mais la gestion actuelle de ce que l’on hésite à nommer encore « espace public », impose de telles contraintes que les fragiles règles de l’art, écrasées par celles du contrôle social et du commerce, ne peuvent y survivre. Lorsque tout est placé sous contrôle, l’art ne peut plus réellement agir et créer ses liens invisibles. Il produit alors de l’ersatz, du faux-semblant, du divertissement, au mieux la manifestation plus ou moins codée d’une révolte. Il s’agit donc bien, réellement, d’une orientation de civilisation, d’un choix de société. Voulons-nous laisser sa place à une pratique de l’art qui n’en soit pas réduite à la consommation, qui retrouve sa fonction d’outil symbolique commun ? Sommes-nous prêts à accueillir l’imprévisible et généreuse beauté d’une création collective qui parle à tous et à chacun ? Sommes-nous en mesure de l’imaginer, de la désirer, de la susciter ? Sommes-nous, aussi, capables de comprendre que les cultures dont la forteresse Europe cherche à se protéger de toute force - cultures porteuses d’un savoir vivre ensemble - détiennent un contrepoison qui nous est aujourd’hui indispensable, celui de la relation ? Oui, la rencontre des cultures peut produire de très beaux effets lorsqu’elle a lieu avec les bonnes personnes au bon moment(...)." Par Nicolas Roméas


Découvrez cette publication

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0