Accueil > librairie culture > Cassandre 67. « Res Publica » : l’art est une affaire publique.

Cassandre 67. « Res Publica » : l’art est une affaire publique.

vendredi 6 octobre 2006

"Il est ici question du rôle de la culture et de l’art dans la construction des citoyens et de la société. Encore faut-il qu’une véritable politique culturelle - portée par une réflexion de fond - lui en donne les moyens.

Depuis une soixantaine d’années, notre pays a su construire un service public qui a permis d’envisager le geste artistique en dehors des critères - et de l’emprise - de l’économie. Sommes-nous encore en mesure, dans le contexte mondial et européen actuel, d’enrayer la destruction de ce service public qui, pour être assez exemplaire en Europe, n’échappa pas à certaines dérives ? C’est ce dont nous entretenons avec l’ancienne ministre de la culture Catherine Trautmann, qui analyse les raisons de l’échec relatif de sa politique en faveur des arts vivants. Elle souligne les obstacles rencontrés, lorsqu’en 1998 elle tenta, avec une fameuse charte, de rappeler à leurs responsabilités les structures bénéficiant de soutiens publics.

Aujourd’hui, pour compenser une baisse des subventions effective et prévisible, les décideurs politiques incitent artistes, compagnies et institutions, à augmenter leurs ressources propres en cherchant des fonds « ailleurs ». Ailleurs, c’est-à-dire auprès de partenaires privés. Si nous sommes encore loin du système britannique, on peut s’inquiéter des dangers pour la liberté de création que représente l’intrusion massive de l’argent privé dans le secteur public.

Le secteur privé, avec sa vision « entrepreneuriale » de la culture, tire les institutions culturelles vers une logique quantitative dans un but de valorisation d’image ; logique où la création au long cours n’a évidemment pas sa place. Alors, le mécénat, alternative heureuse pour le financement de la culture, ou miroir aux alouettes ? L’une des options choisie par certains pour échapper aux difficultés de l’époque, c’est la mutualisation des moyens, dans la tradition coopérative née des luttes du 19ème siècle. C’est ce dont nous parle Daniel Le Scornet, qui s’est efforcé, avec le projet d’une Mutuelle Arts Sciences Social Culture (MASC), d’extrapoler à la culture les principes de l’économie solidaire..."


sortie de la revue le 20 octobre 2006

Pour passer commande, vous pouvez contacter Annabelle Weber : 01 40 35 00 98 / annabelle@horschamp.org

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0